« Autorisation de décoller, Surcouf, et salutations à notre petit protégé ! »
-Petit, pas si petit que cela ! s’esclaffa la jolie rouquine à la console tactique, habillée d’une combinaison de vol moulante vert émeraude mettant à l’honneur un relief très séduisant.
« La métaphore était tentante ! » plaisanta son vis-à-vis radiophonique depuis la tour de contrôle de l’astroport.
-Tu as un message à lui adresser ?
« Non. Il doit grandir par lui-même. »
-OK Morgane, à demain pour notre expédition dans les neiges de Nokotamak !
« À demain, et bise à toi et à Imogen. »
-Ce sera fait. Bises à toute la famille. À demain !
Elle coupa la communication. Le Surcouf, piloté par Imogen, son mari, gagnait de l’altitude, partant à l’assaut des hautes couches de l’atmosphère de Plymouth. En contrebas, le Bourg se réduisait en une masse de plus en plus petite, bientôt dissimulée par d’inoffensifs nuages d’altitude.
-Du côté des passagers, tout va bien ? requit le pilote, un homme vêtu d’une combinaison de vol noire, au visage souriant et aux cheveux coupés à la brosse.
-Oui, Monsieur Imogen, répondit un des trois représentants du peuple de Cassiopée.
Eppthan Okkhna, un des membres du Conseil de la colonie, était du voyage en compagnie de deux frères de race, tout comme trois représentants de la communauté hybride humains-urathes. La courte expédition à laquelle ils participaient en ce moment était motivée par un devoir à la fois nourricier, culturel et éducatif. Ces six représentants de la communauté extraterrestre de l’Alliance Terrienne Unifiée, mais aussi de celle de Plymouth Bourg allaient partager un peu de leur puissante psyché avec une créature des plus étonnantes, dans un rituel absolument sans danger pour eux, mais nécessaire pour son récipiendaire. Les Humains, de par le côté trop chaotique de leur pensée, ne pouvaient se prêter à ce rituel, risquant d’y laisser définitivement une partie d’eux-mêmes. Ce n’était pas le cas chez les Trells et les hybrides Humains-Urathes. Ils développaient une étonnante faculté à cloisonner, voire occulter une partie de leur esprit, maîtrisaient pleinement cet étrange rite indispensable à la survie d’un bien curieux phénomène. La Galaxie d’Andromède recelait des trésors d’originalités, et non des moindres, à en juger par celle-ci.
Le Surcouf -un Sirocco Sierra quelque peu daté, mais à l’efficacité maintes fois confirmée- quitta les hautes couches de l’exosphère de Plymouth, laissa par bâbord Emerald, la première des trois lunes, dépassa Sables d’Or, et cala son cap vers Rocky Moon, refuge privilégié de l’étonnante créature. Deux minutes plus tard, le vaisseau orbitait autour du corps céleste.
…Bonjour mes amis de Plymouth…
Cette douce voix enfantine s’exprimait dans l’esprit de la rouquine.
-Ah, le voilà ! signala Imogen, tu es en liaison télépathique, Mya ?
Elle acquiesça, alors que le Surcouf, en pleine décélération, faisait face à une créature sphérique de la taille d’une petite lune. Sa surface, dans des teintes pastel allant du rose chair au rouge carmin en passant par l’ocre et le terre de Sienne, était parcourue de nappes vaporeuses irrégulières. Le spectacle était comme à chaque fois impressionnant. De sa surface torturée s’échappaient régulièrement des filaments lumineux indisciplinés qui fouettaient les abords directs du phénomène.
…Coucou Lunix, c’est Mya aujourd’hui, tu vas bien ?…
…Oui, Mya, et comment va ma maman d’adoption ?…
…Elle va bien, mais elle est très occupée aujourd’hui…
…Je comprends, elle a une grande famille dont elle doit s’occuper, je suis honoré d’un peu en faire partie…
…Nos amis de Cassiopée et de Wolf 424 sont prêts pour ta collation…
…D’accord !…
Les six extraterrestres, ayant compris que l’heure était venue de nourrir l’incroyable créature, quittèrent la position assise pour venir s’installer devant la principale baie panoramique du poste de pilotage du vaisseau. Ils écartèrent les bras, plongeant leur regard dans les volutes vaporeuses nimbant le phénomène. Six fins licols de lumière ondulante s’invitèrent dans la tête des six extraterrestres. La connexion dura peut-être deux minutes, ensuite les filaments d’énergie réintégrèrent les vapeurs aléatoires du phénomène, se diluant à sa surface. Les six volontaires retournèrent s’asseoir tranquillement, devisant autour de la banalité de cette routine.
…Merci les amis, j’ai bien mangé, et Roby m’envoie des films par la balise ?…
…Bien sûr ! Cela va booster ton apport nutritif et stimuler tes neurotransmetteurs…
…Chouette alors !…
-La sélection du jour : la première saison de « The big bang theory », apostropha-t-elle son mari.
-Est-ce bien pertinent ? Un Sheldon Cooper de cette taille !! pouffa Imogen.
-Vous préféreriez un Howard Wolowitz ? Ce n’est guère flatteur pour la mère d’adoption de Lunix ! plaisanta Eppthan Okkhna.
C’était incroyable cette facilité de l’éminent linguiste de la mission Mayflower M 31 à adopter des comportements humains. Ses grands yeux noirs à la portée cosmique envahissant son visage glabre et gris démentaient ses airs de petit plaisantin.
…Lunix, on s’en va. Bonne digestion !…
…Merci Mya !…
La liaison télépathique disparut. Imogen exécuta un virage sur l’aile serré, plaçant le Surcouf sur un vecteur de retour à la colonie. Quelques minutes plus tard, le vaisseau atterrissait en piste huit de l’astroport du Bourg.