Le Paddy O’Riley ne désemplissait plus depuis le début de cette soirée festive. Festive à plus d’un titre. Outre cette célèbre et mythique date de la Saint Patrick, c’était aussi l’anniversaire de Erwann Kermadec. Il fêtait son soixante-huitième anniversaire, autant dire qu’en cette ère où l’espérance de vie atteignait facilement trois-cents ans, Erwann Kermadec était encore un jeunot !
Sur la scène du célèbre irish pub de Néo-Terra, se démenait un trio de musiciens d’origine irlandaise. Uillean pipe, fiddle et guitare acoustique maniés de main de maître par les virtuoses du groupe Gaelic Tribes Gathering, assurait une ambiance endiablée à cette enjouée célébration festive et bien arrosée. Erwann Kermadec avait offert deux fûts de Guinness et la nombreuse assemblée qu’il avait invité y faisait honneur. Sa charmante épouse portait pour l’occasion un court short en blue jeans, des bottes mi-hautes en cuir naturel et une chemise d’un beau vert irlandais nouée sur le devant, mettant en valeur un ventre plat de sportive et un joli nombril. Son mari et héros de la fête était en kilt, chaussures de cuir noir et t-shirt Guinness constellé de trèfles vert soutenu. Leurs deux filles, Clémentine et Eléanore arboraient chemise Jameson, blue jeans et Converse. Parmi les nombreux invités, on pouvait reconnaître quelques très bons amis de la famille Kermadec ; Mya et Imogen, Duguay-Trouin et Lilla, Emmerson, Dunbar et Vanessa, Jean Laffitte, le Grand-Amiral Nunez, et bien d’autres… Les présents offerts au héros du jour allaient, notamment, contribuer à étoffer sa collection de whiskys et whiskeys haut de gamme.
Le Gaelic Tribes Gathering attaquait à l’instant un set de reels and gig’s bien musclés, « Joe Derrane’s Reel/The Galway Rambler/Jerry Holland’s/Mulqueen’s Reel/The Chicken Reel » emmenant une foule de danseurs annexer le dancefloor. Kermadec et ses potes étaient plutôt du style à squatter le bar. Ses dames s’en allèrent brûler quelques kilo-calories au son du band. Des guirlandes vertes accrochées de trèfles de carton vert scintillant tissaient un véritable ciel, masquant les impressionnantes poutres de chêne soutenant le plafond de ce magnifique pub irlandais décoré dans un style dix-huitième siècle.
-Je lève ma pinte à la santé de notre ami Erwann Kermadec, qui contribue depuis des années à rendre un certains nombres de choses qui nous tiennent à cœur possibles. Slainte mat mon frère ! allégua Imogen.
Amis depuis l’époque où ils avaient suivi ensemble leur formation de pilotes de chasse de l’Ecole Militaire, ils avaient ensuite roulé leur bosse aux quatre coins des colonies de l’Alliance Terrienne, et pas toujours dans le strict respect des lois en vigueur…
-Et j’ajouterai, bon anniversaire Capitaine Kermadec ! compléta Duguay-Trouin avec un grand sourire soiffard.
L’amiral de la faction des Gueux de l’Espace qui faisait office de bras armé du système stellaire de Tau Ceti avait pour l’occasion bien évidemment sorti sa redingote élimée garnie de décorations de guerre en tous genres, par dessus un costume vert bouteille peut-être un peu trop cintré, et une chemise à jabot façon renaissance. Sa grosse tignasse grise hirsute, barbe et moustache en pétard, donnait à sa bonne face rougeaude un air sauvage.
-Slainte !
-Slainte mat !
-Yech’mad !
-Santé !
Ils burent une longue goulée de ce noir et crémeux nectar toujours produit à Dublin. Certes, la brasserie avait du s’agrandir substantiellement depuis le vingt-quatrième siècle, et ce afin de subvenir à la demande grandissante des colonies extra-système solaire. Le Grand Amiral Nunez, dans un sobre costume de velours gris, s’approcha de Kermadec, et d’une mimique faciale explicite invita ce dernier à le rejoindre sur le côté. Un instant plus tard, les deux hommes étaient un peu à l’écart du groupe d’amis festoyant. La musique allait fort, mais pas suffisamment pour qu’ils dussent se parler dans le creux de l’esgourde, et suffisamment que pour les mettre à l’abri d’oreilles indiscrètes.
-Excusez-moi Capitaine d’interrompre un court instant ce moment de convivialité, mais je dois malheureusement vous parler boutique.
-Ne vous excusez-pas, Grand Amiral ! Je vous écoute.
-Les nouvelles du front sont préoccupantes. Je viens de recevoir il y a à peine un quart d’heure un message sur mon communicateur personnel. Un code un de l’Amirauté.
-Aie…
-L’ennemi a percé notre ligne de défense au large du secteur de Alpha Tauri, causant de lourdes pertes à le onzième flotte qui en assurait la surveillance.
-L’Akhenaton ?
-Il fait partie des croiseurs de guerre survivants de l’escadre. Le Haut Commandement a dépêché en urgence la dix-huitième flotte en force de consolidation de ce secteur capital pour la stabilité de notre ligne de défense. De ce fait, nous manquons d’effectifs qualifiés pour d’éventuels raids de soutien pour nos unités qui se trouveraient piégées par leurs saloperies de singularité gravitationnelles. Vous et votre épouse connaissez mieux que quiconque leurs techniques de combat. Ce serait un précieux atout pour l’Amirauté de vous savoir sur le terrain. De plus, vous auriez accès au nouvel arsenal. Les V-Strike.
-Qu’est-ce ?
-Un nouveau type de missile furtif, spécialement pensé pour contrer les générateurs de singularités gravitationnelles qui équipent leurs croiseurs de guerre. Très efficace, le problème c’est un créneau de tir très court, si on veut passer outre les contre-mesures de l’ennemi.
-Question de feeling…
-Je pensais, si vous acceptiez ma proposition, le demander également à certains autres excellents pilotes que vous comptez parmi vos amis pour venir étoffer cette force d’intervention. Je suis parfaitement conscient que vous pouvez refuser cette requête. Vous n’êtes plus en service commandé depuis des années, de par des états de service exemplaires, pour ne citer qu’eux. Je ne la fais pas au nom du Haut Commandement, ni de l’Amirauté, mais bien en mon nom. Erwann, nous risquons d’être dans la merde d’ici peu…
-Je vois. J’en réfère à Morgane dès demain. J’aimerais continuer de profiter de cette belle soirée. Nous ne sommes pas dans l’urgence à ce point, rassurez-moi ?!
-La dix-huitième flotte est en route pour rejoindre le reste de la onzième flotte au large de l’étoile HD 29225. La jonction devrait avoir lieu dans le courant de la nuit. De toute façon, vous n’allez pas partir en pleine nuit, imbibé de Guinness ! Ordre du Grand Amiral, sinon, je suspend votre licence de pilotage ! plaisanta le chef suprême des Forces Armées Spatiales avec un sourire jovial, le regard pétillant.
-A vos ordres, Grand Amiral !