Voici un thème peu souvent abordé. Souci de puritanisme, manque de témoignages, ou conséquente chute de libido…

Imaginez-vous partir en mission dans l’espace pour de longs mois. Vous avez été choisi sous divers critères. Votre intellect, votre esprit d’initiative, votre condition physique, et votre statut de célibataire. Pas trop d’attaches, tant mieux, vos proches, vous les reverrez au plus tôt dans 230 jours. Mais ne vous imaginez pas être le seul dans ce cas, à bord de la Station Spatiale Internationale. Dès le jour de votre arrivée à bord, vous aurez fait connaissance, notamment, avec une très jolie ingénieure luxembourgeoise, ceinture noire troisième dan de karaté et célibataire tout comme vous. Et pendant les pauses, vous faites connaissance. 230 jours sans sexe, ça risque d’être long…

Les communiqués de presse, et les rapports de la NASA en resteront là.
Pourquoi ? Allez savoir ! Plus d’infos dans cet article :  SEX ON SPACE

Il est clair que la vie dans l’espace sollicite votre organisme plus qu’à l’accoutumée sur ce bon vieux plancher des vaches, que vous êtes ardu à la tâche 22h sur 24h, ou presque. Que toute votre attention est retenue par votre mission hors du commun. Et alors, vous restez un être humain, avec ses désirs charnels pour ne citer qu’eux. Vous n’êtes pas un moine ayant fait vœu d’abstinence…

Des esprits prudes et de chastes oreilles préfèrent contourner le sujet, dommage…

Une évidente sensualité, parfois diffuse, se dégage de certains personnages de mes livres. C’est sûr qu’ils apprécient la communion des corps et des cœurs, qu’ils s’y adonnent avec une franche régularité, et que moi, j’apprécie de mettre en prose ces moments intimes. Une mise en mots à la fois coquine, poétique, sensuelle, et parfois assez explicite, sans toutefois virer dans le graveleux, ce n’est ni le but, ni mon style.

Ces petites scénettes de la vie de tous les jours ont leur importance, à mes yeux. Après tout, n’est-ce pas cette fonction qui assure la pérennité de la race ?!

Les œillères, très peu pour moi ! Puritanisme et pudibonderie passez votre chemin !

Je me pose en épicurien de la vie, de ses bienfaits et de ses cadeaux.

Ceux qui me connaissent savent bien ô combien j’aime la vie et les délices qu’elle met à notre portée.

J’idéalise probablement certains aspects, et alors ! Nous en avons bien le droit !

Erwann et Morgane, pour ne citer qu’eux, s’érigent (c’est le cas de le dire ! ) en virtuoses de cette discipline dans laquelle ils excellent, développant art et créativité et, pour au final, engendrer une lignée appelée encore à s’étendre. La vie, quoi !